Stéphane Benassi (Université Lille 3)

Stéphane Benassi est Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Lille 3 où il dirige le Master « Communication Interne et Externe des Entreprises et des Organisations ».

Sémiologue et narratologue, spécialiste des fictions télévisuelles, il est l’auteur notamment de Séries et Feuilletons TV (Editions du CEFAL, Liège, 2000), de Littérature et télévision (CinémAction, Corlet/Télérama, 1996) ainsi que de nombreux articles sur la télévision et le cinéma. Ses recherches actuelles portent sur la question de l’esthétique télévisuelle et il s’apprête à publier un nouvel ouvrage intitulé Les émotions imaginaires : une expérience esthétique du télévisuel.

Contact: stephane.benassi@univ-lille3.fr

Lucia Quaquarelli (Université Paris Nanterre)

Co-direction du Département de LEA
Co-direction du CRPM, Centre de Recherches Pluridisciplinaires Multilingues- EA 4418

Thèmes de recherche:
Littérature italienne contemporaine
Littérature italienne de la migration
Théorie et pratique de la traduction
Cross/Transmedialité
Culture visuelle

Principaux ouvrages :
Spaced Out. Spatiality in Comics (co-dirigé avec Gianvito Distefano, Marina Guglielmi),
Between, vol. 8, n. 15, 2018.
Traduire hors-lignes (co-dirigé avec Licia Reggiani et Adrien Frenay), Écritures, n. 10,
Presses Universitaires de Paris Nanterre, 2018.
Indiscipliner la traduction (co-dirigé avec Myriam Suchet), Écritures, n. 9, Presses
Universitaires de Paris Nanterre, 2017.
Voci della traduzione/Voix de la traduction (co-dirigé avec Licia Reggiani e Chiara Denti),
Mediazioni, n. 21, 2016.
Bande à part. Graphic novel, fumetto e letteratura (co-dirigé avec Sara Colaone),
Morellini, Milano 2016.
Interprétations postcoloniales et mondialisation. Littératures de langues allemande,
anglaise, espagnole, française, italienne et portugaise, (co-dirigé avec Françoise Aubès,
Silvia Contarini, Jean-Marc Moura, Idelette Muzart Fonseca dos Santos, Katja Schubert),
Peter Lang, Bruxelles 2014.
Traduire le postcolonial et la transculturalité. Enjeux théoriques, linguistiques, littéraires,
culturels, politiques, sociologiques (co-dirigé avec Katja Schubert), Écritures, n. 7, Presses Universitaires de Paris Ouest, Nanterre 2014.

 

Contact: lquaquarelli@u-paris10.fr

Alain Vaillant (Université Paris Nanterre)

Directeur du CSLF (Centre des sciences de la littérature française, EA 1586. Responsable du PHisTeM (équipe de « Poétique historique des textes modernes » , composante du CSLF).
Responsabilités éditoriales : Directeur de rédaction de Romantisme (Société des études romantiques et di-neuviémistes ; A. Colin), directeur de la collection « Orbis litterarum » (Presses de l’Université Paris Nanterre).

Thèmes de recherche :
Poétique historique des formes et des genres au XIXe siècle.
Poésie et esthétique du vers.
Romantisme et modernité.
Histoire littéraire, histoire culturelle et histoire de l’imprimé au XIXe siècle.

Principaux ouvrages :

Le Rire, Paris, éd. Quintette, coll. expliquer les textes, 1991.
La Poésie, initiation aux méthodes d’analyse des textes poétiques, Paris, Nathan université,coll. «128», 1992 [ouvrage traduit en roumain (1998) et en coréen (2000), réédité après avoir été en grande partie réécrit et refondu en 2007].
Histoire de la littérature française du XIXe siècle (en collaboration avec Jean-Pierre Bertrand et Philippe Régnier), Paris, Nathan université, 1998 [réédition en 2007 aux Presses universitaires de Rennes].
1836. L’an I de l’ère médiatique (en collaboration avec Marie-Ève Thérenty), Paris, Nouveau-Monde éditions, 2001.
L’Amour-fiction. Discours amoureux et poétique du roman moderne, Paris, Presses universitaires de Vincennes, «Essais et savoirs», 2002.
La Crise de la littérature. Romantisme et modernité, Grenoble, Ellug, « Bibliothèque stendhalienne et romantique », 2005.
Baudelaire, poète comique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, « Interférences », 2007.
L’Histoire littéraire, Paris, Colin, coll. « U », 2010.
Baudelaire journaliste (anthologie), Paris, Flammarion, coll. « G–F », 2011.
Le Veau de Flaubert, Paris, Hermann, 2013.

Contact: alain.vaillant@u-paris10.fr

Jean-Louis TILLEUIL

Jean-Louis Tilleuil est professeur au sein de la Commission de programmes ROM (FIAL/UCL). Ses enseignements et ses recherches portent sur l’étude sociocritique des productions littéraires et sur la sociopragmatique des messages qui associent texte (écrit) et image (fixe et/ou en séquence) : livres illustrés, albums pour enfants, bandes dessinées, publicités, etc.

Depuis septembre 2011, Jean-Louis Tilleuil est chargé de cours à l’Université Charles de Gaulle-Lille 3 ; il y enseigne l’histoire de l’illustration pour la jeunesse et l’analyse de la bande dessinée, dans le cadre du Master en Littérature de jeunesse (Lettres Modernes).

À l’Académie des Beaux-Arts de Tournai (enseignement supérieur artistique), il a la charge de cours généraux (Littérature, Sémiologie de l’image, Sémiologie des médias) destinés aux options de bande dessinée, de publicité, de communication visuelle et d’illustration.

Jean-Louis Tilleuil dirige actuellement le Groupe de Recherche sur l’Image et le Texte (GRIT/UCL). Avec Catherine Vanbraband (UCL) et Laurent Déom (Lille 3-UCL), il est responsable de la collection « Texte-Image ».

Contact: jean-louis.tilleuil@uclouvain.be

Parmi ses dernières publications :

AHMED Maaheen, DELNESTE Stéphanie et TILLEUIL Jean-Louis (dir), Le statut culturel de la bande dessinée. Ambiguïtés et évolutions/The Cultural Standing of Comics. Ambiguities and Changes, Louvain-la-Neuve/Paris, Academia/L’Harmattan, 2016, 277 p., coll. « Texte-Image, n°8 ».

STEYAERT Florie et TILLEUIL Jean-Louis, « La bande dessinée à l’école. Un caillou dans le soulier de la légitimation », dans AHMED Maaheen, DELNESTE Stéphanie et TILLEUIL Jean-Louis (dir.), Le statut culturel de la bande dessinée. Ambiguïtés et évolutions/The Cultural Standing of Comics. Ambiguities and Changes, Louvain-la-Neuve/Paris, Academia/L’Harmattan, 2016, p. 233-268, coll. « Textes-Images, n°8 »

TILLEUIL Jean-Louis, « L’anti-héros dans la bande dessinée franco-belge », dans CHARNAY Bochra et CHARNAY Thierry (dir.), Littérature de jeunesse : richesse de l’objet, diversité des approches, Villeneuve d’Ascq, Université Charles de Gaulle-Lille 3, 2016, p. 217-232, coll. « UL3 Travaux et Recherches ».

TILLEUIL Jean-Louis et VANBRABAND Catherine,

« La publicité pour supporter l’économie. Pour échanger de la culture ? Analyse de productions “presseˮ belges et polonaises », dans Cahiers ERTA, n°12 : Littératures populaires et cultures médiatiques : Belgique/Pologne, 2017, Gdansk, Uniwersytet Gdański, p. 107-143.

 

Le polar post-soviétique en français

Sándor Kálai

Alors que nous approchons de la date anniversaire de la chute du Mur du Berlin, nous aurions voulu en considérer deux effets sur un genre populaire.

D’une part, il s’agit de voir comment le roman policier, ce genre du dysfonctionnement social, a enregistré non seulement le trauma de l’effondrement de l’Union soviétique mais aussi les hauts et les bas de la reconfiguration qui s’en est suivie. Inspirations parfois  convergentes, souvent divergentes, puisque pendant ces trois décennies non seulement la Russie mais aussi chacun des pays de l’ex-bloc de l’est étaient directement affectés par la magnitude de cet évènement historique.

D’autre part, nous voudrions réunir en faisceau quelques questions complémentaires :

  • discerner comment la culture de chacun de ces pays a courbé la trajectoire du genre, en matière de thèmes, de personnel narratif, de construction fictionnelle du temps et de l’espace…
  • repérer quels filtres, côté source et côté cible, ont sélectionné ce que le lectorat francophone a pu lire de ces productions nationales – pourquoi tel ou tel n’est pas traduit ? stratégies sérielles ou non des éditeurs ? affinités éventuelles de traducteurs avec une œuvre ?
  • décrire de quelles manières les romans policiers occidentaux ont eux aussi thématisé cette reconfiguration à l’est.

Parallèlement aux inévitables phases de constitution du corpus, de premières mises en ordre, de premières intuitions sur le contenu et sur le processus de recherche, nous nous interrogeons : que fait-on en « inventant » un corpus ? Cette interrogation sur l’invention d’un corpus s’accompagne d’une autre question : Quelle est la pertinence de notre notion encore vague de  « polar de l’est », « polar post-communiste », « polar post-soviétique », « polars traduits en français issus des pays de l’ancien Bloc de l’est » ? Cette communication rendra compte de quelques problématiques de cette recherche.

Fictions sérielles en régime postfordiste (1960-2000)

Matthieu Letourneux

La critique a longtemps souligné le lien existant entre le développement des fictions de masse et celui d’une industrie fordiste, faisant de certaines formes les plus sérialisées l’expression esthétique et imaginaire de cette nouvelle culture de consommation standardisée. Mais ne peut-on dans ce cas lire de même l’évolution des logiques de production et de consommation des œuvres sérielles à partir des années 1960 sous l’éclairage des dynamiques postfordistes ? De fait, la tendance à viser des publics spécialisés sans abandonner les principes de production standardisés, le recours à des stratégies visant à valoriser une appréhension distinctive des objets, la mise en avant d’un système de produits pensés en terme de cohérence transversale – ce sont là quelques traits de la consommation postfordistes qui éclairent indirectement les transformations des relations aux productions sérielles.

Dans cette perspective d’une esthétique de la consommation, on peut comprendre bien des phénomènes caractéristiques des dernières décennies du XXe siècle : fragmentation des grands genres en une multitude de catégories hybrides, artification de certains champs dévalorisés de la culture médiatique, développement d’effets de style dans les productions sérielles favorisant les lectures distinctives, légitimations situées limitées à des communautés interprétatives… C’est bien une esthétique postfordiste qui se met en place à partir des années 1960. C’est cette esthétique que nous nous proposons d’étudier.

Socio-sémiotique de la culture populaire audiovisuelle – le cas des web-séries amateurs

PEQUIGNOT Julien

Depuis une dizaine d’années, à la faveur du web dit participatif, se développent des fictions médiatiques particulières, les web-séries amateurs. Se revendiquant en marges de circuits traditionnels, elles se situent croisement de nombre de phénomènes caractéristiques des cultures populaires contemporaines. Ces objets protéiformes constituent un défi pour la recherche car leur compréhension en tant que phénomène implique la multiplication des approches, le recours à la pluridisciplinarité, voire la transdisciplinarité. En effet, les items produits peuvent relever aussi bien des études cinématographiques que télévisuelles et bien entendu communicationnelles via leur dimension connectée et leur utilisation intensive des technologies numériques. De même, les mécanismes socio-économiques qui prévalent à leur élaboration, s’ils relèvent des industries culturelles, se constituent souvent contre ces dernières et font appel à une variété de caractères plus ou moins nouveaux, mais toujours objets de recherche dans le champ des études sur les cultures et les médias : amateurisme et gratuité, viabilité des modèles économiques, participation et ubérisation, industries culturelles et création artistique, etc. Enfin, la question de la réception est d’autant plus vitale que ces objets fonctionnent en grande partie grâce à une revendication communautaire prétendant abolir le traditionnel modèle top down pour le remplacer par un fonctionnement circulaire dans lequel production et réception se fondraient en un seul ensemble collaboratif, où la création serait l’émanation directe du désir et de l’implication de tou·te·s via la popularité, la discussion, le volontariat, la fanfiction ou encore la contribution financière. 

Cette contribution se propose d’interroger les outils disponibles, nécessaires ainsi qu’à inventer, pour étudier le fonctionnement de ces objets singuliers. Le cas précis sur lequel s’appuiera le propos est la web-série Noob, centre de gravité d’un vaste ensemble transmédiatique. 

Authenticité et attitude genrée dans les subcultures de fans

David Peyron

La question de l’authenticité (être « un.e vrai.e ») est centrale dans la construction identitaire et dans le sentiment d’appartenance des fans de culture populaire. Et il se trouve que si l’on observe la manière dont est définie l’attitude ou la pratique authentique telle que décrite par les fans, celle-ci elle est largement corrélée à une distinction genrée sous-jacente et hiérarchisante. Comment cela se construit-il ? Comment les normes d’authenticité rejaillissent sur le rapport aux œuvres de fictions et leur appropriation ? Ce sont des questions qui seront abordées ici.

David Peyron

David Peyron est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université d’Aix-Marseille. Ses travaux portent sur les liens entre identité et fiction chez les fans de culture populaire ainsi que sur les univers imaginaires.

Publications récentes :

Peyron, David, « De la fake geek girl au vrai geek. L’appropriation des univers de fiction dans la culture geek, outil de hiérarchisation genrée » dans Bourdaa, Mélanie, et Arnaud Alessandrin. Fan & Gender Studies : la rencontre. Paris: Téraèdre, 2017, p. 63-84.

Peyron, David, « L’appropriation ludique des mondes fictionnels chez les fans d’imaginaire fantastique », dans revue ¿ Interrogations ?, N°23. Des jeux et des mondes [en ligne], http://www.revue- interrogations.org/L- appropriation-ludique-des- mondes, 2016.

Peyron, David. « Les mondes transmédiatiques, un enjeu identitaire de la culture geek ». Les Enjeux de l’information et de la communication, no 15/2 (2014): 51‑61.

Contact: kitsunegari13@hotmail.com

There is a Psychologist in the Kitchen. How the Media are spreading out the Psychoanalytic culture

GUGLIELMI Marina

Today in the main bookshops the bookshelves dedicated to psychological, psychoanalytic and psychiatric questions are almost empty; the orthodox and traditional psychoanalytic therapies are worldwide considered out of fashion, but in the same time on the media the psychological approach is spreading out.

I will investigate how the popular narrative is nowadays taking themes, methods, suggestions, characters and situations from the psychological scientific field to fulfil television dramas and series.

The famous television series In Treatment, with a psychoanalytic setting, is simply the most evident example. I would like to consider how the psychological methods have been actually used to spread a contemporary image of the analytical setting and of its limits.

In treatment, Lie to me, Black Mirror, Thirteen reasons why, Atypical will be my television series corpus.

The radical change of the role and of the image of the psychotherapist will be analysed trough the popular reception, from television series to new approaches (as the creation project of a new App on the phone in order to check mental diseases).

I will take my theoretical statements starting from the traditional psychoanalytic approach to movie production (Christian Metz, Le signifiant imaginaire. Psychanalyse et cinéma, 1977) as well as from the contemporary approach (Sandy Flitterman-Lewis, Psychoanalysis, Film, and Television, 1997), dealing with the main topics of the scientific literature (André Green, Illusions et désillusions du travail psychanalytique, 2010).

KALAI Sándor (univ. Debrecen, Hongrie)

Enseigne à l’Université de Debrecen (Hongrie), au Département des Sciences de la Communication et des Médias et au Département des Études Françaises. Il a consacré une thèse, publiée en 2009 et inédite en français, à l’analyse des discours religieux et scientifique dans l’œuvre d’Émile Zola à travers les personnages de prêtre et de médecin qui y évoluent. Outre ses recherches portant sur les œuvres respectives de Zola et d’Octave Mirbeau, au cours de ces dernières années il s’est intéressé à la question du développement de la culture médiatique en Europe. Au sein de ce vaste domaine, ses intérêts se portent tout particulièrement vers le roman policier, de Fortuné du Boisgobey à Thierry Jonquet en passant par Georges Simenon ou Jean-Patrick Manchette, au sujet desquels il publie différents articles. 

Depuis 2010, il est aussi le rédacteur d’une nouvelle série de traductions hongroises des romans de Simenon ; avec Robin Walz il a préparé un numéro de Belphégor consacré au centenaire de Fantômas. Il a publié de nombreux articles, en français et en hongrois, sur la culture médiatique et la littérature populaire.  

Poétique d’un objet culturel de mieux en mieux identifié, la bande dessinée

TILLEUIL Jean-Louis

Il s’agirait en fait d’observer, dans une perspective qui serait notamment historique, les transformations (plutôt qu’évolutions, trop axiologiquement marqué) de la relation BD-lecteur en Europe occidentale francophone (Belgique et France essentiellement). 

Comme annoncé, le cadre d’analyse, outre l’historicité de la problématique, s’ouvrirait autant à la sémiologie du texte et de l’image qu’à la sociologie de nos pratiques culturelles. 

L’univers narratif de la bande dessinée bulgare dans l’ère numérique

GENCHEVA Svetlana

La présente contribution s’appuie sur le projet de thèse « L’univers narratif de la bande dessinée bulgare dans l’ère numérique » qui porte sur l’identification des caractéristiques éditoriales d’un corpus de BD de la dernière décennie en Bulgarie. La compréhension des stratégies de mise en récit et de construction d’images dans la littérature dessinée bulgare contemporaine est l’objectif principal de notre recherche.  

La réflexion de cette contribution se concentrera sur les transmissions culturelles à travers les récits médiatiques et plus précisément, à travers les comics bulgares contemporains. En d’autres termes, nous cherchons à décrire l’impact de la culture numérique et du phénomène de mondialisation sur le petit marché médiatique qui est la BD bulgare. Le caractère multi modal et interdisciplinaire de notre recherche justifie l’approche multi-méthodes1. C’est donc l’analyse des œuvres qui nous permettra d’expliciter les stratégies narratives et la manière dont la BD bulgare remédie son identité. Les interviews avec les acteurs majeurs du 9éme art nous serviront de fil rouge tout au long de la recherche. La transmission aux nouveaux supports et aux nouveaux vecteurs de diffusion à des fins narratives a engendré la bande dessinée telle que nous la connaissons. C’est pourquoi nous souhaitons interroger ce que signifie raconter à l’ère numérique.

Références:

BOELSTORFF T., NARDI B., PEARCE C. et TAYLOR T.L. (2012), Ethnography and virtual worlds. A handbook of method. Princeton University Press : New Jersey.

Lits, Marc. Cinquante années de recherches en communication.  Recherches en Communication, No 11, http://sites.uclouvain.be/rec/index.php/rec/issue/view/221 

 

Du petit écran aux réseaux sociaux, les personnages de fiction à l’épreuve du réel

CHAMBAT-HOUILLON Marie-France & SPIES Virginie

Comment les séries trouvent-elles un écho sur les réseaux sociaux et dans les médias, du point de vue de la production et de la narration ? Les séries mettent rarement en œuvre un récit transmedia compris comme une manière spécifique de raconter des histoires sur plusieurs médias (Jenkins, 2013). Pourtant, les réseaux sociaux et les discours médiatiques qui reviennent sur les séries participent parfois d’une forme d’  « autonomisation » ou d’ « émancipation » du personnage sériel : un personnage de fiction peut avoir son compte Twitter, ou encore être interrogé « comme tel » dans la presse. Dès lors, que deviennent les personnages de fiction lorsqu’ils sortent du cadre narratif fictionnel ? Contribuent-ils à gommer le cadre narratif de départ pour devenir un autre personnage, et comment penser aujourd’hui la question de la convergence ?  

La littérature industrielle est-elle une littérature populaire ? Réflexions sur un corpus (1830-1850).

STIÉNON Valérie

Les études des productions populaires françaises hésitent à tenir compte des années 1830-1850, pourtant identifiées au début de l’ère médiatique avec le lancement de La Presse en 1836 et à l’apparition de la littérature « industrielle » depuis la désignation de Sainte-Beuve en 1839. Si on repère volontiers des thèmes et des codes repris ultérieurement par le récit criminel, le roman d’aventures ou la bande dessinée, on va rarement au-delà de la perspective axiologique induite par la désignation clivante, renforcée encore par la modélisation bourdieusienne en deux sous-champs de production. La littérature dite « industrielle » pose pourtant des questions fondamentales à la lumière des acquis récents des études culturelles, médiatiques et sociohistoriques. On observe à son propos des circulations significatives entre éditeurs, cabinets de lecture et dépôts de pittoresques, des prolongements de la pratique du colportage dans un contexte qui oscille entre idéalisation et stigmatisation du peuple, une diffusion massive et internationale de certaines œuvres à l’instar du mystère urbain. Le feuilleton, les livraisons et les journaux-romans invitent à l’appropriation sérielle même si elle n’est pas aussi formalisée qu’avec les collections et les fascicules du siècle suivant. On n’assiste pas encore au triomphe de la culture marchande, mais la fantasmagorie benjaminienne et les produits dérivés sont déjà à l’œuvre. Les auteurs ne sont pas assimilables aux stars, mais certains connaissent une vedettarisation par la presse et l’image. Les productions sont antérieures aux expositions universelles parisiennes et à l’invention du cinéma, mais elles participent au début des loisirs et des spectacles de masse (panoramas, dioramas), en dialogue avec les dispositifs de l’image fixe ou animée. Malgré ces paramètres, la période est généralement délaissée au profit de la seconde moitié du siècle dans l’approche des productions populaires. La communication propose d’y réfléchir, en évitant autant que possible les écueils de l’anachronisme, de la réification des catégories et de l’amalgame des critères de définition.