Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre)

Matthieu Letourneux est Professeur à l’Université Paris Nanterre et membre du CSLF. Spécialiste des cultures sérielles et médiatiques et de la littérature pour la jeunesse, il a publié Fictions à la chaîne, Littératures sérielles et culture médiatique (2017), Cinéma, premiers crimes (avec A. Carou, 2015), Fantômas ! Biographie d’un criminel imaginaire (avec L. Artiaga, 2013), La Librairie Tallandier (avec J.-Y. Mollier, 2011) et Le Roman d’aventures, 1870-1930 (2010). Il a réédité une dizaine d’ouvrages, parmi lesquels des œuvres de Gustave Aimard, Emilio Salgari, Eugène Sue et la série Fantômas. Il est rédacteur en chef de Belphégor (http://belphegor.revues.org/).

Cuontact: matthieu.letourneux@u-paris10.fr

Marco Renzo Dell Omodarme

Marco Renzo dell’Omodarme est maître de conférence à Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Thèmes de recherche :

Théorie et pratique de la médiation en art et dans la culture ; Philosophie des sciences, de la connaissance et de l’apprentissage ; Philosophie des arts et des cultures populaires ; Théories féministes et décoloniales ; Épistémologie, sujet et subjectivation, métaphysique cannibale.

contact / Marco-Renzo.Dell-Omodarme@univ-paris1.fr

Sarah Lecossais

Sarah Lecossais est actuellement co-responsable scientifique de deux projets soutenus par l’Institut du Genre :
– Le premier, avec Stéphanie Kunert (Lyon 2, ELICO) intitulé « Les coparents : rencontres en ligne, discours médiatiques autorisés, représentations genrées et vécus de la coparentalité ».
– Le second, avec Anne-Sophie Béliard (Grenoble Alpes, PACTE) : « Les scénaristes en collectifs : genre et reconnaissance professionnelle dans l’écriture des séries télévisées ».

Ses recherches portent sur les discours et imaginaires médiatiques de la parentalité au prisme du genre.

contact / 

Rémi CAYATTE

Docteur en Sciences de l’information et de la communication, ATER au sein de l’IUT Métiers du Multimédia et de l’Internet, à l’Université Grenoble Alpes. ses travaux portent sur la question du jeu vidéo comme dispositif de persuasion et, plus particulièrement, sur le plan de la marge d’appropriation et d’interprétation dévolue aux utilisateurs de ces jeux.

Laurent DI FILIPPO

Docteur en Études scandinaves et en Sciences de l’information et de la communication, actuellement chargé de recherche au sein du département R&D de l’entreprise Ernestine. Ses travaux portent sur la réception des mythes nordiques dans les jeux contemporains, ainsi que sur le transmédia, les constructions de mondes et l’épistémologie des sciences humaines et sociales.

Audrey TUAILLON DEMESY

Docteure en sociologie, Maître de conférences en STAPS à l’Université de Franche-Comté. Ses travaux de recherche portent, en socio-anthropologie des mondes imaginaires, sur les activités ludiques alternatives et les pratiques corporelles situées entre fiction, subcultures et monde social.

Anne Isabelle François

Anne Isabelle François, ancienne élève de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, agrégée de lettres modernes, docteur de l’École pratique des Hautes Études (EPHE) et de l’Université de Dresde, est maître de conférences de littérature comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (Sorbonne Paris Cité). Spécialiste des littératures allemande et anglaise des XXe et XXIe siècles ainsi que des relations entre texte et image, elle poursuit ses recherches, dans une perspective de Gender et de Cultural Studies, sur l’imaginaire occidental au sein du Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (CERC – EA 172).

Contact: Anne-Isabelle.Francois@sorbonne-nouvelle.fr

Sarah Sepulchre

Sarah Sepulchre est professeure à l’Ecole de Communication de l’Université catholique de Louvain (Belgique). Ses recherches et ses enseignements portent principalement sur la fiction télévisuelle, la construction des personnages télévisuels, les relations entre réel et fiction dans les séries, les études de genre appliquées aux séries et les pratiques scénaristiques. Depuis plusieurs années, elle a écrit différents articles et parties d’ouvrages. Elle a aussi dirigé l’ouvrage Décoder les séries télévisées aux éditions De Boeck (2017). Elle participe aux travaux du Groupe interdisciplinaire de recherche sur les cultures et les arts en mouvements (Gircam) et du réseau S.E.R.I.E.S. Elle est co-présidente francophone de Sophia (www.sophia.be) et vice-présidente de l’Association internationale des chercheurs en littératures populaires et cultures médiatiques (http://www.flsh.unilim.fr/lpcm).

contact /sarah.sepulchre@uclouvain.be

Stéphane Benassi

Stéphane Benassi est Maître de Conférences Habilité à Diriger les Recherches en Science de l’Information et de la Communication au département Infocom de l’UFR DECCID de l’université de Lille 3. Ses domaines de recherche privilégiés sont les fictions télévisuelles, l’esthétique télévisuelles, l’esthétique populaire, les évolutions historique et transmédiatique des processus narratifs du récit populaire à suite. Il a publié de nombreux articles consacrés aux séries dans différentes revues ou actes de colloques. Il a co-dirigé le numéro 79 (1996) de la revue CinémAction (« Littérature et télévision ») ainsi que le numéro 14 (2003) des Cahiers du CIRCAV (« Le montage : état des lieux réel(s) et virtuel(s)»). Il est l’auteur de Séries et feuilletons TV. Pour une typologie des fictions télévisuelles (Céfal, 2000) et Les émotions imaginaires : une esthétique des séries (Classiques Garnier, à paraître fin 2017).

Raphaël Baroni

Raphaël Baroni est professeur associé à l’Université de Lausanne. Ses travaux portent sur l’intrigue, la tension narrative, l’immersion et la polyphonie. Il travaille également sur une approche comparée des formes narratives dans différents médias. Il a publié trois ouvrages : La tension narrative (Seuil, 2007), L’œuvre du temps (Seuil, 2009) et Les rouages de l’intrigue (Slatkine, 2017) et a co-dirigé une douzaine de numéros de revue ou d’ouvrages collectifs, dont Narrative Sequence in Contemporary Narratology (Ohio State University Press, 2016) et Le Savoir des genres (PUR, 2007). En 2010, il a créé avec Françoise Revaz le Réseau romand de narratologie (RRN), et en 2015, il a participé à la création du Groupe d’étude sur la bande dessinée (GrEBD) à l’Université de Lausanne. Il est membre du comité de recherche sur la théorie littéraire de l’Association internationale de littérature comparé.

contact / phael.baroni@unil.ch

Céline Loriou

Céline Loriou est doctorante contractuelle depuis septembre 2016 à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Dans le cadre d’une thèse en histoire, elle travaille sur les émissions d’histoire diffusées à la radio française de 1945 à 2014, sous la direction de Myriam Tsikounas. Elle est titulaire d’une licence de journalisme effectuée à la Dublin City University (2010–2013) et d’un master en Histoire et Audiovisuel de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (2014–2016).

Marie Gaboriaud

Marie Gaboriaud est agrégée de Lettres Modernes et docteure en littérature française des Universités de Paris-Sorbonne, Bonn et Florence (co-diplomation). Sa thèse, publiée en 2017 sous le titre Une vie de gloire et de souffrance. Le mythe de Beethoven sous la Troisième République, interroge les mécanismes littéraires de construction des représentations collectives à travers un corpus transversal (presse, fiction, biographie, littérature d’admiration et de vulgarisation). Elle enseigne actuellement à l’Université de Gênes (Italie) où elle est également chargée de coopération universitaire pour l’Institut français en Italie et l’agence Campus France.

Yoan Vérilhac

Maitre de conférences à l’université de Nîmes, Yoan Vérilhac est spécialiste de rapports entre presse et littérature au XIXe siècle. Ses travaux ont d’abord porté sur les avant-gardes poétiques de la fin du siècle (La Jeune Critique des petites revues symbolistes, PUSE, 2010) puis se sont étendus, en amont, du côté de la grande et de la petite presse du Second Empire, et en aval du côté de la presse des années trente. Ses recherches ont rencontré en de nombreusesoccasions la question des fictions médiatiques, depuis les mystères urbains mondialisés du XIXe siècle à Fifty Shades of Grey en passant par les récits d’anticipation de la petite presse ou le barnum médiatique autour de l’affaire Lindbergh.

Amélie Chabrier

Amélie Chabrier est maître de conférences de littérature française à l’université de Nîmes. Elle a soutenu en 2013 à Montpellier III une thèse intitulée « Les écrivains au prétoire. Chronique judiciaire et littérature au XIXe siècle ». Elle a collaboré à la plate-forme Médias19.org sur la culture médiatique et le journalisme au XIXe siècle et a co-organisé en 2016 avec Marie-Eve Thérenty et la BILIPO le projet «Détective, fabrique de crimes ? », autour de l’hebdomadaire Gallimard de 1928, qui comprend une exposition itinérante (Paris,Montpellier, Nîmes), 3 journées d’étude et un livre (janvier 2017, éditions Joseph K.).

Julien Péquignot

Julien Péquignot est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Franche-Comté (UFR SLHS, laboratoire ELLIADD).

Après une thèse portant sur les discours sur le clip musical, il conduit à présent ses travaux sur les productions audiovisuelles amateurs en ligne, dans une perspective socio-sémiotique.