Histoires de magie et désirs d’aventure : expérimenter le quidditch

Audrey Tuaillon Demésy

Chez les sorciers de J. K. Rowling, dont Harry Potter est le plus connu, le quidditch est présenté comme un sport populaire, qui comprend ses champions, ses rencontres et son histoire particulière. Dans son ouvrage paru en 2001, Le quidditch à travers les âges, l’auteure enrichit l’univers sorcier en fournissant des explications sur l’apparition du quidditch, l’évolution du matériel (tels les balais), etc. Dans le même temps, la préface – rédigée au nom du personnage Albus Dumbledore (directeur de l’école de magie) –, enjoint les lecteurs moldus (ceux qui n’ont pas de pouvoirs magiques) à ne pas tenter de jouer au quidditch chez eux. Malgré cette interdiction humoristique, depuis une dizaine d’années, le quidditch a été transposé dans le monde « réel » et ce sont maintenant les lecteurs, entre autres, qui organisent des compétitions.

L’univers sportif développé dans le support littéraire a été réapproprié et modifié pour entrer dans le cadre d’une pratique de loisirs contemporaine. Cet objet d’étude est ici appréhendé sous un angle socioethnographique. Un travail de terrain, en place depuis fin 2015 (entretiens avec des joueurs, observations lors de championnats officiels), permet d’étudier les manières de faire du quidditch aujourd’hui et de saisir les motivations des quiddkids. En passant d’un livre à un jeu, puis à un sport, la dimension transmédiatique du quidditch invite à questionner les façons dont la réappropriation, par la mise en vie, transforme la culture populaire initiale. Les joueurs fabriquent un nouveau « monde » avec ses règles de pertinences (au sens que Goffman donne à ce terme), qui prend appui sur l’imaginaire mais finit par le dépasser. En effet, des modes de fonctionnements et des valeurs exprimées dans la pratique sont directement issus de la fiction (mixité, tolérance, etc.), tandis que de nouvelles manières de faire du quidditch émergent et cherchent à rompre avec l’univers magique (notamment par un rejet de l’affiliation à Harry Potter).

Bibliographie indicative

Becker Howard, 2010, Les Mondes de l’art, Paris, Champs.

Caïra Olivier, 2011, Définir la fiction. Du roman au jeu d’échecs, Paris, Éd. de l’EHESS.

Gierzynski Anthony, 2013, Harry Potter and the Millenials, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Goffman Erving, 1961, Encounters : two Studies in the Sociology of Interaction, Harmondsworth, Penguin Books.

Jenkins Henry, 2013, La Culture de la convergence : des médias au transmédia, Paris, Armand Colin.

Lavocat Françoise, 2016, Fait et fiction : pour une frontière, Paris, Seuil.

Tuaillon Demésy Audrey, 2017, « Le quidditch moldu. De l’imaginaire à la réalité », Questions de communication, vol. 31, pp. 393-413.

Wolf Mark, 2012, Building Imaginary Worlds. The Theory and History of Subcreation, New-York & London, Routledge.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.