Le polar post-soviétique en français

Sándor Kálai

Alors que nous approchons de la date anniversaire de la chute du Mur du Berlin, nous aurions voulu en considérer deux effets sur un genre populaire.

D’une part, il s’agit de voir comment le roman policier, ce genre du dysfonctionnement social, a enregistré non seulement le trauma de l’effondrement de l’Union soviétique mais aussi les hauts et les bas de la reconfiguration qui s’en est suivie. Inspirations parfois  convergentes, souvent divergentes, puisque pendant ces trois décennies non seulement la Russie mais aussi chacun des pays de l’ex-bloc de l’est étaient directement affectés par la magnitude de cet évènement historique.

D’autre part, nous voudrions réunir en faisceau quelques questions complémentaires :

  • discerner comment la culture de chacun de ces pays a courbé la trajectoire du genre, en matière de thèmes, de personnel narratif, de construction fictionnelle du temps et de l’espace…
  • repérer quels filtres, côté source et côté cible, ont sélectionné ce que le lectorat francophone a pu lire de ces productions nationales – pourquoi tel ou tel n’est pas traduit ? stratégies sérielles ou non des éditeurs ? affinités éventuelles de traducteurs avec une œuvre ?
  • décrire de quelles manières les romans policiers occidentaux ont eux aussi thématisé cette reconfiguration à l’est.

Parallèlement aux inévitables phases de constitution du corpus, de premières mises en ordre, de premières intuitions sur le contenu et sur le processus de recherche, nous nous interrogeons : que fait-on en « inventant » un corpus ? Cette interrogation sur l’invention d’un corpus s’accompagne d’une autre question : Quelle est la pertinence de notre notion encore vague de  « polar de l’est », « polar post-communiste », « polar post-soviétique », « polars traduits en français issus des pays de l’ancien Bloc de l’est » ? Cette communication rendra compte de quelques problématiques de cette recherche.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.