Fictions sérielles en régime postfordiste (1960-2000)

Matthieu Letourneux

La critique a longtemps souligné le lien existant entre le développement des fictions de masse et celui d’une industrie fordiste, faisant de certaines formes les plus sérialisées l’expression esthétique et imaginaire de cette nouvelle culture de consommation standardisée. Mais ne peut-on dans ce cas lire de même l’évolution des logiques de production et de consommation des œuvres sérielles à partir des années 1960 sous l’éclairage des dynamiques postfordistes ? De fait, la tendance à viser des publics spécialisés sans abandonner les principes de production standardisés, le recours à des stratégies visant à valoriser une appréhension distinctive des objets, la mise en avant d’un système de produits pensés en terme de cohérence transversale – ce sont là quelques traits de la consommation postfordistes qui éclairent indirectement les transformations des relations aux productions sérielles.

Dans cette perspective d’une esthétique de la consommation, on peut comprendre bien des phénomènes caractéristiques des dernières décennies du XXe siècle : fragmentation des grands genres en une multitude de catégories hybrides, artification de certains champs dévalorisés de la culture médiatique, développement d’effets de style dans les productions sérielles favorisant les lectures distinctives, légitimations situées limitées à des communautés interprétatives… C’est bien une esthétique postfordiste qui se met en place à partir des années 1960. C’est cette esthétique que nous nous proposons d’étudier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.