La littérature industrielle est-elle une littérature populaire ? Réflexions sur un corpus (1830-1850).

STIÉNON Valérie

Les études des productions populaires françaises hésitent à tenir compte des années 1830-1850, pourtant identifiées au début de l’ère médiatique avec le lancement de La Presse en 1836 et à l’apparition de la littérature « industrielle » depuis la désignation de Sainte-Beuve en 1839. Si on repère volontiers des thèmes et des codes repris ultérieurement par le récit criminel, le roman d’aventures ou la bande dessinée, on va rarement au-delà de la perspective axiologique induite par la désignation clivante, renforcée encore par la modélisation bourdieusienne en deux sous-champs de production. La littérature dite « industrielle » pose pourtant des questions fondamentales à la lumière des acquis récents des études culturelles, médiatiques et sociohistoriques. On observe à son propos des circulations significatives entre éditeurs, cabinets de lecture et dépôts de pittoresques, des prolongements de la pratique du colportage dans un contexte qui oscille entre idéalisation et stigmatisation du peuple, une diffusion massive et internationale de certaines œuvres à l’instar du mystère urbain. Le feuilleton, les livraisons et les journaux-romans invitent à l’appropriation sérielle même si elle n’est pas aussi formalisée qu’avec les collections et les fascicules du siècle suivant. On n’assiste pas encore au triomphe de la culture marchande, mais la fantasmagorie benjaminienne et les produits dérivés sont déjà à l’œuvre. Les auteurs ne sont pas assimilables aux stars, mais certains connaissent une vedettarisation par la presse et l’image. Les productions sont antérieures aux expositions universelles parisiennes et à l’invention du cinéma, mais elles participent au début des loisirs et des spectacles de masse (panoramas, dioramas), en dialogue avec les dispositifs de l’image fixe ou animée. Malgré ces paramètres, la période est généralement délaissée au profit de la seconde moitié du siècle dans l’approche des productions populaires. La communication propose d’y réfléchir, en évitant autant que possible les écueils de l’anachronisme, de la réification des catégories et de l’amalgame des critères de définition. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.