Littérature de jeunesse, littérature populaire, histoire d’un malentendu ?

MARCOIN Francis

L’identification de la littérature de jeunesse comme « populaire » s’est longtemps perpétuée. en dépit de ses origines  aristocratiques puis de son adoption par la bourgeoisie aisée. Son appropriation actuelle par des créateurs revendiquant le statut d’artistes met sans doute fin à cette confusion. Celle-ci n’est pas  étonnante si l’on pense qu’enfant et peuple ont pu être associés dans la perspective d’une littérature mineure se donnant des visées soit formatrices soit récréatives.

Notre étude souhaite donc observer comment le champ des productions pour la jeunesse traduit cette oscillation entre un pôle aristocratique et un pôle populaire, selon des options revendiquées par les producteurs eux-mêmes, mais aussi par les consommateurs et plus encore par les médiateurs. Le corpus envisagé n’est pas homogène car ce domaine est partagé entre des genres (roman, album, théâtre) assujettis de manière différente à cette discrimination.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.