Panel: La Brèche – étudier la bande dessinée

DEMANGE Julie, SUVILAY Bounthavy, BONADE Sophie, RAGEUL Anthony & BERTOU Benoît (répondant)

L’association La Brèche rassemble des chercheurs d’horizons théoriques et institutionnels divers ayant en commun de travailler sur la bande dessinée. Pour les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018, la Brèche propose un panel de quatre intervenant·e·s confrontant des approches théoriques différentes autour d’un objet d’étude commun, la bande dessinée, au cœur des cultures médiatiques. Chacune de ces présentations met en avant une méthodologie de recherche particulière et en interroge les apports et les limites pour l’étude de la bande dessinée. 

La recherche universitaire française sur la bande dessinée a connu deux grandes phases depuis les années 1970 : après un engouement manifeste pour les approches structuralistes et sémiologiques dans les années 1970-1980, les années 1990 et 2000 l’ont vue revenir à des analyses plus historiques [STEFANELLI, 2014, p. 23 et p.26-27] dans le sillage de l’histoire culturelle telle que portée par Pascal Ory, autour de la question de la “légitimation”. 

Ces deux approches continuent d’être utilisées et ne sont pas caduques ; mais la bande dessinée demeure un objet d’étude peu traité à l’université française malgré une structuration de plus en plus marquée de ses chercheurs [GROENSTEEN, 2017, p.83 à 90]. Le but du panel est d’exposer et interroger des approches scientifiques différentes menées par de jeunes doctorants ou docteurs. Comment renouveler l’analyse des oeuvres de bande dessinée ? Quel cadre peut permettre de comprendre autrement les oeuvres selon une perspective académique ? Quel dialogue peut se nouer avec d’autres méthodologies de recherche imaginées pour d’autres objets culturels ? Pour répondre à ces questions, nous proposons quatre clés d’entrée différentes, représentant les tendances actuelles de la recherche en bande dessinée mises en œuvre dans des thèses récentes ou en cours, conformément au projet de la Brèche qui veut mettre en avant les démarches originales de jeunes doctorant·e·s ou docteur·e·s. 

Les quatre intervenant·e·s du panel La Brèche ont en commun la volonté de se pencher sur l’analyse d’un même objet culturel et incarnent différents questionnements possibles du chercheur confronté à la fiction médiatique.  

Ainsi, Julie Demange explore la question cruciale de la réception des œuvres par ses fans. Sophie Bonadè montre quant à elle la manière dont les études de genre peuvent renouveler l’approche d’un objet culturel. L’approche de Bounthavy Suvilay restitue la bande dessinée dans un environnement transmédiatique plus large et articule la production de manga aux stratégies marketing déployées. Enfin, l’intervention d’Anthony Rageul analyse l’apport de la recherche-création à la compréhension de la bande dessinée numérique. 

Les échanges autour du panel permettront de préciser en quoi ces démarches peuvent s’avérer complémentaires, et surtout en quoi elles peuvent s’appliquer à d’autres objets et éclairer les enjeux de la recherche sur les fictions médiatiques. Afin d’assurer la représentativité de sa démarche, le panel s’inscrit dans une diversité de disciplines (histoire, arts plastiques, analyse littéraire, cultural studies), et explore, par ses corpus, quatre pans bien distincts de son objet d’étude (le patrimoine culturel de la bande dessinée européenne, le manga contemporain, les comic books, la bande dessinée numérique). Nous espérons ainsi montrer comment différentes approches scientifiques peuvent se combiner pour saisir toute la complexité d’un objet culturel. 

Étudier la bande dessinée: une approche par la réception 

Julie Demange

Méthode utilisée : histoire culturelle, socio-histoire, histoire des sensibilités. 

Corpus étudié : Fonds d’archives privés et revues d’études amateurs 

Positionnement théorique du chercheur : Dans le cadre de mes recherches de thèse, je travaille sur l’émergence de la « bédéphilie » en France dans les années 1960-70. J’ai choisi pour cela de m’intéresser aux premières communautés d’individus se revendiquant des amateurs de bandes dessinées au cours de cette période. Ces amateurs sont souvent perçus uniquement comme des « acteurs » de la « légitimation de la bande dessinée ». 

Mon travail s’attache à restituer l’expression des goûts et sensibilités de ces amateurs à travers l’étude des discours et pratiques qu’ils mettent en place. 

Pour cette intervention, je souhaiterais réfléchir à la manière dont ces premières communautés d’amateurs de bande dessinée se sont appropriés les formes de la bande dessinée pour parler et faire parler d’elle. Je m’appuierai pour cela sur les traces laissées par les dispositifs médiatiques (expositions, montages audiovisuels et autres) qu’ils ont mis en œuvre au cours des années 1960-1970. 

Étudier la bande dessinée, une approche transmédiatique

« Le personnage de manga : du papier au pixel »

Bounthavy Suvilay

Méthode : analyse littéraire (réception, tension narrative, personnage de fiction, transfiction), histoire culturelle (transfert culturel), cultural studies (Jenkins et spreadable content), marketing (exploitation des IP par le copyright et le trademark) 

Corpus : Dragon Ball (3 séries de manga, 5 séries télévisées, 20 films, 90 jeux vidéo) 

Positionnement théorique : En utilisant les apports les plus récents en histoire culturelle et dans le domaine des cultural studies, nous tentons de renouveler l’approche de la réception en littérature afin de montrer de quelle manière les adaptations transmédiatiques et transculturelles forment à la fois un imaginaire global et participent à des stratégies éditoriales et des positionnements dans les écosystèmes médiatiques locaux. Il s’agit à la fois de montrer la poétique des supports (de quelle manière le récit se modèle selon les contraintes de production et de diffusion propre à un média) mais aussi de quelles manières les traductions officielles et les versions non légales (réalisées par des sociétés françaises ou des amateurs) influent sur la perception de l’œuvre et sa réception transnationale, décontextualisée de l’influence culturelle initiale. 

Étudier la bande dessinée, une approche par les études de genre  

Sophie Bonadè

Méthode utilisée : Étude sur le genre, analyse des contenus. 

Corpus étudié : Des comic-books de l’éditeur DC comics, mettant en scène le personnage de Batman et des superhéroïnes de son univers. La période d’étude va des années 2005 à 2015, mais une partie du corpus provient des années 1985 à 2005. 

Positionnement théorique du chercheur : Les études culturelles ont donné naissance à des recherches variées qui s’accordent néanmoins sur deux idées principales : la contestation d’une distinction entre une haute culture, celle qui mériterait d’être étudiée et une basse culture ; le refus de considérer la culture comme un domaine séparé du social, les productions culturelles sont des lieux où les rapports sociaux sont reformulés, des lieux où se mettent en place des systèmes de domination et de résistance (Maigret 2015; Mattelart et Neveu 2008). 

À travers les comic-books de l’univers de Batman, j’étudie la manière selon laquelle les superhéroïnes apparaissent et évoluent sous l’influence des changements intervenus dans l’industrie des comic-books et des transformations de la place des femmes dans la société américaine et du développement du concept de genre. 

Par leur seule existence, les superhéroïnes remettent en cause la conception genrée qui attribue aux hommes l’usage de la violence (Bilat et Haver 2011). Pourtant, aujourd’hui, leur infériorité numérique par rapport aux superhéros, le succès moins important de leurs adaptations (à l’exception du récent film Wonder Woman), et les nombreuses polémiques autour de ces personnages, nous prouve que les superhéroïnes peinent encore à se faire une place dans les récits de superhéros. En m’appuyant sur des comic-books de superhéroïnes publiées dans le cadre de l’événement éditorial « The New 52 » organisé par DC Comics en 2011, j’étudie les procédés de ces récits super héroïques au féminin, leurs subversions des codes préétablis sur un modèle masculin, mais aussi les limites de ces tentatives. 

Étudier la bande dessinée, une approche par la création 

Anthony Rageul

Positionnement théorique du chercheur : La méthode de recherche-création en Arts Plastiques appliquée à la bande dessinée numérique : quelles complémentarités avec les méthodologies d’autres champs disciplinaires ? 

La méthode de recherche-création propre aux Arts Plastiques place l’universitaire dans une position atypique : celle de chercheur-artiste, impliqué lui-même dans la construction de l’objet qu’il se propose d’étudier. Si on peut justifier cette méthode en assimilant volontiers la démarche scientifique au processus de création de l’artiste (Toulouse 2012), cela n’est pas sans poser problème en pratique. Ainsi, si les arts numériques et technologiques notamment ont permis d’établir des partenariats institutionnels associant création et ingénierie, il apparaît que la partie création reste souvent la plus difficile à valoriser (Fourmentraux 2011). Nous proposons de discuter ici des apports et des écueils ou difficultés de cette méthode dans notre propre thèse portant sur la bande dessinée numérique (2014). Nous la mettrons pour cela en perspective avec trois thèses qui ont été soutenues sur cet objet entre 2010 et 2016 en Esthétique, Sciences et Technologies des Arts pour l’une (Boudissa 2009) et en Sciences de l’Information et de la Communication pour les deux autres (Falgas 2014, Paolucci 2016). Il s’agira de pointer en quoi la méthode de recherche-création est complémentaire de recherches conduites avec un regard « extérieur ». 

Bibliographies : 

Bibliographie de l’introduction du panel : 

Baudry Julien, “Jeune recherche en bande dessinée”, série de billets de blog dans Le carnet de comicalités, janvier-mai 2015, [en ligne], url : http://graphique.hypotheses.org/512 

Groensteen Thierry, La bande dessinée au tournant, Bruxelles, France, les Impressions nouvelles, 2017, 121 p. 

Stefanelli Matteo, « Un Siècle de recherches sur la bande dessinée » dans Éric Maigret et Matteo Stefanelli (eds.), La bande dessinée: une médiaculture, Paris, France, A. Colin : INA, impr. 2012, 2012. 

Julie Demange : 

Chartier Roger, 1992, L’ordre des livres :  lecteurs, auteurs, bibliothèques en Europe entre XIVe et XVIIIe siècle, Aix-en-Provence, Alinea (coll. « De la pensée »), 118 p. 

Gauthier Christophe et Toulet Emmanuelle, 1999, La passion du cinéma: cinéphiles, ciné-clubs et salles spécialisées à Paris de 1920 à 1929, Paris, France, Association Française de Recherche sur l’Histoire du Cinéma : École des Chartes, ii+392 p. 

Maigret Éric et Stefanelli Matteo (eds.), 2012, La bande dessinée: une médiaculture, Paris, France, A. Colin : INA, impr. 2012, 271 p. 

Tournès Ludovic, 1999, New Orléans sur Seine: histoire du jazz en France, Paris, France, Fayard, 501; 16 p. 

Bounthavy Suvilay :  

Azuma Hiroki, Otaku: Japan’s Database Animals, traduit par Jonathan E. Abel et traduit par Shion Kono, English ed. edition., Minneapolis, Univ Of Minnesota Press, 2009, 200 p. 

Baroni Raphaël, La tension narrative: suspense, curiosité et surprise, Paris, France, Éd. du Seuil,  2007, 437 p. 

Besson Anne, Constellations: des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, France, CNRS éditons,  2015, 558 p. 

Condry Ian, The soul of anime: collaborative creativity and Japan’s media success story, Durham, Etats-Unis d’Amérique, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, 2013, x+241 p. 

Hutcheon Linda et O’Flynn Siobhan, A theory of adaptation, New York, Etats-Unis d’Amérique, 2013, xxx+273 p. 

Jenkins Henry, Convergence culture: where old and new media collide, New York, Etats-Unis d’Amérique, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, 2006, xi+308 p. 

Marion Philippe, « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », Recherches en Communication, 1 mars 1997, vol. 7, no 7, p. 6187. 

Saint-Gelais Richard, Fictions transfuges: la transfictionnalité et ses enjeux, Paris, France, Éditions du Seuil, 2011, 601 p. 

Steinberg Marc, Anime’s media mix: franchising toys and characters in Japan, Minneapolis, Etats-Unis d’Amérique, University of Minnesota Press, 2012, xvii+314 p. 

Sophie Bonadè : 

Bilat Loïse et Haver Gianni, 2011, « Une justicière maîtresse de son destin ? Le Genre de l’héroïsme » dans Le Héros était une Femme…. le Genre de l’Aventure, Lausanne;  

Gabilliet Jean-Paul, 2004, Des comics et des hommes : histoire culturelle des comic books aux États-Unis, Nantes, France, Éd. du temps, 478 p. 

Maigret Éric, 2015, Sociologie de la communication et des médias. 3e édition, 3e édition., Paris, Armand Colin. 

Passerini Luisa, 2002, « Société de consommation et culture de masse » dans Histoire des femmes en Occident. [5] Le XXe siècle / sous la direction de Françoise Thébaud, traduit par Catherine Mitrovista-Dalarun, Paris, France, Perrin, Impr. 2002, p. 433454. 

Robbins Trina, 1996, The Great Women Superheroes, Northampton, Mass, Kitchen Sink Press, 224 p. 

Anthony Rageul : 

Boudissa Magali, La bande dessinée entre la page et l’écran: étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique, Thèse de doctorat en Esthétique, Sciences et Technologies des Arts, sous la direction de Daniel Danétis, , Lieu de publication inconnu, France, 2010, 373+112 p. 

Clément Jean, Un laboratoire de littératures: littérature numérique et Internet, Paris, France, Bibliothèque publique d’information, Centre Georges Pompidou, DL 2007, 2007, 262 p. 

Falgas Julien, Raconter à l’ère numérique: auteurs et lecteurs héritiers de la bande dessinée face aux nouveaux dispositifs de publication, Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, sous la direction de Brigitte Simonnot, Université de Lorraine, France, 2014. 

Fourmentraux Jean-Paul (dir.), Artistes de laboratoire: recherche et création à l’ère numérique, Paris, France, Hermann, DL 2011, 2011, 126 p. 

Paolucci Philippe, La bande dessinée numérique : entre rupture et continuité. Pour une approche socio-sémiotique de la transition numérique du neuvième art : l’exemple de la revue en ligne Professeur Cyclope, Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication, sous la direction de Pascal Robert et Patrick MPondo-Dicka, Université Lumière Lyon 2, Lyon, 2016. 

Rageul Anthony, La bande dessinée saisie par le numérique: formes et enjeux du récit configuré par l’interactivité, Thèse de doctorat en Arts Plastiques, sous la direction de Ivan Toulouse et Benoît Berthou, Université Rennes 2, Rennes, France, 2014, 491 p. 

Toulouse Ivan, Clair-obscur: essai sur la pensée créatrice, Paris, France, l’Harmattan, DL 2012, 2012, 357 p. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.