Le let’s play comme fiction tierce : mécanismes narratifs d’un genre de détournement vidéoludique

BARNABE Fanny

Partant des outils de la rhétorique et de la narratologie, la présente communication se propose d’étudier un genre de détournement de jeux vidéo : le let’s play. Né dans le début des années 2000 sur les forums du site Something Awful (où il prenait encore la forme de captures d’écran commentées), le let’s play désigne, aujourd’hui, la captation vidéo d’une session de jeu, durant laquelle le joueur commente ses actions à voix haute. Les vidéos ainsi produites peuvent prendre des formats divers (être diffusées en direct ou en différé ; être plus ou moins longues, plus ou moins retravaillées en postproduction…), mais elles ont généralement en commun une certaine légèreté de ton et une esthétique assez brute, marquée par l’improvisation et la spontanéité (qu’elle soit réelle ou jouée).

Bien que ces productions ne se présentent pas explicitement comme des œuvres autonomes ou comme des narrations (mais plutôt comme des retransmissions de performances ludiques), leurs auteurs n’y développent pas moins une rhétorique propre et des procédés de narrativisation (interprétation de personnages, mise en récit de leur performance, traduction de leurs actions dans les termes de la diégèse du jeu, etc.) qui situent le let’s play dans un espace intermédiaire, entre la fiction ludique et le monde empirique. Or ces mécanismes peuvent produire, à l’occasion, un profond effet d’écart par rapport à la narration, au message ou à la grammaire du jeu original : pour
cette raison, étudier le
let’s play en tant que détournement de jeu vidéo et en tant que potentielle forme narrative constitue, selon nous, un angle fécond pour approcher l’esthétique de ce genre en construction.

Notre communication (basée sur un chapitre de notre thèse de doctorat) se penchera sur un corpus de let’s play francophones traversant plusieurs sous-catégories de vidéos, afin de définir ce que pourraient être des « figures du détournement » dans le cadre du jeu vidéo.


Bibliographie indicative

Amato Étienne Armand (2005), « Reformulation du corps humain par le jeu vidéo : la posture vidéoludique », in Genvo Sébastien, dir., Le game design de jeux vidéo. Approches de l’expression vidéoludique, Paris, L’Harmattan, pp. 299-323

Azuma Hiroki (2008), Génération Otaku. Les enfants de la postmodernité, Paris, Hachette
Littératures

Di Crosta Marida (2009), Entre cinéma et jeux vidéo : l’interface-film. Métanarration et interactivité, Bruxelles, De Boeck

Genette Gérard (1982), Palimpsestes. La littérature au second degré, Paris, Seuil

Genette Gérard (2004), Métalepse : de la figure à la fiction, Paris, Seuil

Georges Fanny et Auray Nicolas (2012), « Les productions audiovisuelles des joueurs de jeux vidéo. Entre formation professionnelle et apprentissages esthétiques autodidactes », Réseaux, n° 175, pp. 145-173 [en ligne]. URL : http://www.cairn.info/revue-reseaux-2012-5-page-145.htm#re1no1

Groupe µ (1982), Rhétorique générale, Paris, Seuil

Lowood Henry (2006), « High-performance play. The making of machinima », Journal of Media Practice, vol. 7, n° 1, pp. 25-42 [en ligne]. URL : http://www.tandfonline.com/doi/pdf/10.1386/jmpr.7.1.25/1

Menotti Gabriel (2014), « Videorec as gameplay. Recording playthroughs and video game
engagement »,
GAME, n° 3, pp. 81-92 [en ligne]. URL : http://www.gamejournal.it/wp-content/uploads/2014/04/GAME_3_Subcultures_Journal_Menotti.pdf

Schaeffer Jean-Marie (1999), Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil

Schoentjes Pierre (1998), « Un supplément de liberté », in Guérard Cécile, dir., L’Ironie, le sourire de l’esprit, Paris, Autrement, pp. 108-126

Schoentjes Pierre (2001), Poétique de l’ironie, Paris, Seuil


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.