Délinéarité et fluidité. La nécessité de repenser le personnage dans une ère transmédiatique

SEPULCHRE Sarah

Deux tendances actuelles remettent en question la vision du personnage issue de la narratologie traditionnelle. D’abord, les dispositifs transmédias interrogent la notion de récits bâtie par la narratologie à partie des romans (Baroni 2016/1, Escola 2010). Les transmédias sont des récits cumulatifs qui remettent en question la fin congruente, l’ordre ou le principe de nécessité narrative (Ricoeur 1983, 1984, 1985). Ensuite, dans des séries présentant des représentations genrées moins mainstream (de Lauretis 2007), certaines figures semblent moins stables et nécessite une analyse qui favorise la notion de fluidité issue des Queer Studies (Halberstam 1998, Connell 2014, de Lauretis 2007, etc.). Le personnage d’Ali Pfefferman dans la série Transparent en est un bon exemple.

Je formule l’hypothèse que le personnage reste un objet important (Glaudes & Reuter 1996) dans les récits sériels et transmédiatiques. Il s’agit cependant de repenser cette instance narrative, de la délinéariser. Les notions de la figure de Bertrand Gervais (2007), de l’esthétique fragmentaire de Renée Bourassa (2010), de fluidité (Queer studies) sont vraisemblablement des pistes intéressantes. La communication sera l’occasion de développer quelques pistes théoriques sur les personnages actuels sur base de quelques exemples encore à déterminer (mais qui pourrait être tirés des transmédias de Fringe ou de Transparent par exemple).


1 réflexion sur « Délinéarité et fluidité. La nécessité de repenser le personnage dans une ère transmédiatique »

  1. Ping : Assises CPM 2018 : programme | LPCM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.