Pour une narratologie transmédiale

BARONI Raphaël

La narratologie est née de la prise de conscience précoce que l’horizon des travaux portant sur la narrativité débordait du cadre de la théorie littéraire. Pourtant, elle a été longtemps réticente à s’émanciper de son périmètre d’origine. Il en a découlé qu’un certain nombre de concepts, notamment les approches qui relèvent de la narratologie « modale », se sont figés dans des définitions qui les rendent difficilement transférables à des formes non verbales. À une époque où les récits se déclinent sur une vaste gamme de supports médiatiques parfois coordonnés, il est devenu urgent de développer une théorie du récit transmédiale, capable d’embrasser une telle diversité, sans réduire a priori les différences signifiantes entre les médias. Dans cette communication, par le biais d’une approche comparée des médias, je défendrai une narratologie décentralisée, de manière à refonder ses concepts et à les rendre suffisamment souples pour s’adapter à n’importe quel média, tout en réfléchissant à la manière spécifique dont chacun d’entre eux s’incarne médiatiquement et détermine un champ des possibles pour le récit. Dans le cadre de cette présentation, compte tenu des contraintes de temps, je me centrerai sur un nœud central pour la narratologie transmédiale : le caractère nécessaire ou optionnel du narrateur et la question plus générale d’une origine déterminant une posture immersive dans le monde raconté. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.