« Grandes existences » et « petite littérature » : la littérature populaire d’admiration dans le premier XXe siècle

GABORIAUD Marie

La construction du canon et le culte des grands hommes sont des phénomènes depuis
longtemps analysés par de grandes plumes : M. Agulhon, J.-F. Chanet, J.-C. Bonnet, D. Fischer. Mais de la traduction littéraire ou proto-littéraire, profondément populaire, de ce culte des grands hommes, il n’est que peu souvent question dans les recherches littéraire et historique. Pourtant, dès les débuts de l’entreprise « panthéonique » de la Troisième République, dans les années 1880, jusqu’à aujourd’hui, sous des formes différentes, la diffusion massive du sentiment de l’admiration pour les grands hommes – puis pour les « stars » – passe par des biais médiatiques tout à fait particuliers.

La littérature dont il s’agit n’est que très peu étudiée, d’abord parce qu’elle ne constitue pas
une unité facilement appréhendable par l’analyse (auteurs, formats, supports médiatiques et lieux de diffusions très variés), et surtout parce qu’elle appartient à une production méprisée du canon littéraire : écrits didactiques, journalistiques
( Voir par exemple la revue-collection « Portraits d’hier »), conjoncturels, collections éditoriales à destination de la jeunesse ( collections « Le Roman des grandes existences » chez Plon, ou « Les grands hommes » chez Lafitte), souvent jugés « kitsch », ampoulés, démodés.

Cette littérature « d’admiration » a pourtant beaucoup à nous apprendre, grâce à l’analyse du discours, en termes esthétiques (évoluant à l’écart du « monde littéraire », ces textes sont marqués par une hybridation constante) mais aussi idéologiques. Bien que les auteurs ne constituent pas une classe unifiée (auteurs occasionnels, professeurs, hommes de théâtre, hommes politiques), les ouvrages d’admiration sont le lieu d’un discours idéologique très homogène, qui tend à reproduire et entériner les mécanismes sociaux et non à les questionner, à rebours des productions d’avant-gardes.

Il ne s’agira pas de « réhabiliter » une littérature injustement écartée du canon, mais de
mettre en évidence, à travers quelques exemples issus du milieu artistique (Chopin, Hugo,
Rembrandt), des corpus qui jouent un rôle majeur dans la diffusion des représentations collectives,dans l’expérience de lecture des couches populaires (au même titre que le roman-feuilleton au siècle précédent), et nous permettent d’interroger les catégories, médiatiques et esthétiques, qui fondent notre appréhension du monde littéraire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.