Pacte de lecture fictionnel en régime médiatique : de quelques cas problématiques dans la presse des années trente et du questionnement des lectures littéraires de la presse

CHABRIER Amélie & VERILHAC Yoan

Cette proposition double interroge non pas les « fictions médiatiques » entendues dans un sens canonique mais davantage les usages de la fiction en régime médiatique, – depuis son utilisation par les journalistes jusqu’à sa reconnaissance et ses effets chez les lecteurs –, à partir d’un corpus de faits divers pris dans la presse des années trente et dont le traitement journalistique est problématique.  

Depuis le XIXe siècle, la fiction côtoie les articles d’actualité sur la page de journal avec des effets de contamination constants comme l’ont montré les travaux pionniers des historiens de la littérature Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant. La presse des années 1930, qui connaît des tirages record, regorge d’exemples de textes au statut ambigu, – et de scandaleux mensonges, dérives qui entraînent après la guerre l’exigence de règles fixant la déontologie journalistique. De la fausse nouvelle à la mystification en passant par le bluff ou le fait divers romancé, les exemples que nous traitons posent la question de la véracité des articles, de leur rapport au réel, de la lisibilité de la fiction dans ces textes d’information et de leur repérage au milieu de textes référentiels. Nous exposerons dans un premier temps ces cas d’hybridation que les travaux menés par Micheline Cambron, Paul Aron et Marie-Éve Thérenty sur l’écriture de l’événement dans la presse francophone des années 1930 et les ouvrages comme Faire sensation : de l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique ou Détective : fabrique de crimes ?2 ont bien mis au jour. Dans de nombreux cas, l’outillage hérité de la littérature et des arts du spectacle, explicitement thématisé par les textes (roman, théâtre, drame, tragédie, spectacle) introduit, au cœur de la représentation médiatique du réel une part de « fictionnel », désigné et approché, avec plus ou moins de variété, par des termes tels que « fictionnalisation », « littérarisation », « dramatisation » ou encore, pour prendre un terme d’époque, du « romancement ». Ces notions peuvent désigner des procédés d’écriture empruntés à des genres non référentiels de la tradition littéraire, greffés dans des genres dont le pacte de lecture est référentiel. Ils renvoient également à des modes de lecture, intuitivement déduits par les commentateurs, comme relevant, en réception, de formes de croyances souvent impossible à vérifier. Mais ce que déconstruit – et reconstruit – l’œil littéraire correspond-il réellement à la production et aux usages de ces textes ? Tient-on suffisamment compte de la spécificité du medium et de la communication journalistique en opposant systématiquement le fictionnel et le référentiel ? 

Pour tenter de répondre à ce questionnement, suite à cette démonstration de ce que les outils littéraires permettent de dire de la poétique du fait divers dans la presse des années 1930, nous aimerions exposer une série de difficultés méthodologiques et de problèmes théoriques questionnant leur pertinence pour décrire les phénomènes d’élaboration et de consommation des messages médiatiques. S’agit-il là de conventions plus ou moins commodes pour désigner des régimes scalaires de relation entre représentation médiatique du réel et réel empirique ? De mots-clés interchangeables permettant de véhiculer l’idée que tout travail de représentation relève d’une opération de déréalisation ? Conduisent-ils à la conclusion que les modes de réception de textes référentiels comme fictionnels connaissent in fine ces effets de déréalisation ?  

Cette double proposition montre donc les outils de lecture et de description des littéraires à l’œuvre puis revient sur leur capacité à prendre en compte à la fois la production et la consommation de ces messages médiatiques sans les dénaturer, malgré leur volonté d’en tenir compte. 

Références:

Roy Pinker (Paul Aron, Yoan Vérilhac), Faire sensation : de l’enlèvement du bébé Lindbergh au barnum médiatique, Marseille, Agone, 2017. 

Amélie Chabrier, Marie-Ève Thérenty, Détective, fabrique de crimes ? Nantes, Joseph K., 2017.  


1 réflexion sur « Pacte de lecture fictionnel en régime médiatique : de quelques cas problématiques dans la presse des années trente et du questionnement des lectures littéraires de la presse »

  1. Ping : Assises CPM 2018 : programme | LPCM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.