Panel: Fictions médiatiques, études de genre et enseignement

Marco DELL’OMODARME, Anne-Isabelle FRANCOIS, Sarah LECOSSAIS & Heta Rundgren (répondante)

L’actualité ne manque pas de polémiques sur la place des études de genre dans
l’enseignement et la culture – qu’on pense à la reculade sur les ABCD de l’égalité en 2014, à la levée de boucliers face à la proposition d’introduction du genre dans les manuels de SVT en 2011, ou à la toute récente prise de position de l’Académie française sur l’écriture
inclusive qui constituerait, selon la déclaration unanime, un « péril mortel » (26 octobre
2017). Ces phénomènes s’inscrivent plus globalement dans un contexte de médiatisation
autour des questions scolaires, mais témoignent ici aussi d’oppositions réelles et symboliques face à ces approches et problématiques. De telles résistances et contestations se rencontrent également parmi les étudiant.e.s et élèves de 1
er cycle, dans les formations de licence ou en IUT, posant de fait la question de la légitimité de tels questionnements.

Nous souhaitons dans cet atelier revenir sur cet enjeu en croisant et confrontant nos pratiques, à partir d’un retour d’expérience, ainsi que réfléchir aux difficultés, aux stratégies que nous déployons et aux perspectives. La démarche se veut résolument interdisciplinaire, les participant.e.s étant issu.e.s de champs disciplinaires divers (littérature, philosophie, sciences de l’information et de la communication), mais partageant l’étude de corpus de fictions médiatiques et d’objets de la culture populaire, dans leurs recherches comme dans leurs enseignements. Il s’agira en particulier d’expliciter l’importance de s’appuyer sur de tels corpus : ils constituent d’excellents supports pour poser les problématiques de genre, qui s’y expriment aussi avec une acuité particulière. Il est urgent de s’interroger sur ce qui donne du sens à nos enseignements et à la manière de construire des savoirs débattus qui se rapportent à la citoyenneté et à des questions socialement vives.


Cet atelier comprendra trois moments :
retour d’expérience de 10 à 15 minutes par intervenant.e
table ronde : difficultés, pratiques, méthodes
échange avec la salle


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.