Socio-sémiotique de la culture populaire audiovisuelle – le cas des web-séries amateurs

PEQUIGNOT Julien

Depuis une dizaine d’années, à la faveur du web dit participatif, se développent des fictions médiatiques particulières, les web-séries amateurs. Se revendiquant en marges de circuits traditionnels, elles se situent croisement de nombre de phénomènes caractéristiques des cultures populaires contemporaines. Ces objets protéiformes constituent un défi pour la recherche car leur compréhension en tant que phénomène implique la multiplication des approches, le recours à la pluridisciplinarité, voire la transdisciplinarité. En effet, les items produits peuvent relever aussi bien des études cinématographiques que télévisuelles et bien entendu communicationnelles via leur dimension connectée et leur utilisation intensive des technologies numériques. De même, les mécanismes socio-économiques qui prévalent à leur élaboration, s’ils relèvent des industries culturelles, se constituent souvent contre ces dernières et font appel à une variété de caractères plus ou moins nouveaux, mais toujours objets de recherche dans le champ des études sur les cultures et les médias : amateurisme et gratuité, viabilité des modèles économiques, participation et ubérisation, industries culturelles et création artistique, etc. Enfin, la question de la réception est d’autant plus vitale que ces objets fonctionnent en grande partie grâce à une revendication communautaire prétendant abolir le traditionnel modèle top down pour le remplacer par un fonctionnement circulaire dans lequel production et réception se fondraient en un seul ensemble collaboratif, où la création serait l’émanation directe du désir et de l’implication de tou·te·s via la popularité, la discussion, le volontariat, la fanfiction ou encore la contribution financière. 

Cette contribution se propose d’interroger les outils disponibles, nécessaires ainsi qu’à inventer, pour étudier le fonctionnement de ces objets singuliers. Le cas précis sur lequel s’appuiera le propos est la web-série Noob, centre de gravité d’un vaste ensemble transmédiatique. 


1 réflexion sur « Socio-sémiotique de la culture populaire audiovisuelle – le cas des web-séries amateurs »

  1. Ping : Assises CPM 2018 : programme | LPCM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.