Quand les séries adolescentes crèvent l’écran : les années 90, l’exception qui confirme la règle ?

Marion Ferrandery

Les professionnels de l’audiovisuel expliquent le plus souvent le manque d’attrait des jeunes pour la télévision par des exigences spécifiques en termes de format, de narration et de visionnage, auxquels le web répondrait plus aisément. Peu de programmes leur sont donc directement adressés. Pourtant si nous revenons en arrière, nous constatons que les jeunes ont toujours été décrits comme relativement éloignés du poste de télévision. Cela n’a pas empêché une programmation faste et des audiences importantes en ce qui concerne la fiction, principalement entre 1987 (lancement de l’émission « Club Dorothée ») et le début des années 2000 (disparition progressive des services jeunesse des chaines historiques.)

L’objectif de cette communication est de situer cette parenthèse dans l’histoire de la télévision pour en relever les spécificités, les points d’ancrage, puis de rupture. Grace à une analyse sémio pragmatique des séries adolescentes programmées à cette période, nous montrerons les particularités et les évolutions des représentations de la jeunesse dans le secteur audiovisuel.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie Lucie Bougon (12 juin 2018). Quand les séries adolescentes crèvent l’écran : les années 90, l’exception qui confirme la règle ? Assises de la recherche Cultures populaires et médiatiques 2018. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/n98r


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.