Comment s’adresser à plus jeune que soi ? Les dilemmes professionnels des producteurs d’une œuvre romanesque en direction des adolescents.

BONNERY Stéphane, ELOY Florence, MILLE Muriel

Cette proposition de communication vise à explorer la manière dont les producteurs d’un bien culturel de grande diffusion s’adressent à leurs publics, en s’appuyant sur le cas d’U4, ensemble romanesque s’inscrivant dans un univers post-apocalyptique qui cible en particulier les publics adolescents. Il s’agira de mettre au jour la manière dont auteurs et éditeurs se représentent leurs publics et anticipent la réception des romans, et comment cela influe concrètement sur le processus créatif. Ainsi, on a pu observer des pratiques spécifiques d’adressage aux adolescents à travers les références culturelles, le langage utilisé, les thèmes abordés et surtout la construction des personnages principaux (qui sont tous des adolescents). Ces pratiques sont notamment sous-tendues par la représentation selon laquelle les lectures adolescentes reposeraient essentiellement sur le processus d’identification dans une logique éthico-pratique (Baudelot, Cartier & Détrez, 1999 ; Lahire, 1993 ; Renard, 2011). L’enjeu de cette communication sera aussi bien de décrire les différents procédés littéraires utilisés et la vision de l’adolescence qui s’en dégage, que de montrer comment cette vision est le produit des discussions tout au long de la chaîne de coopération à l’origine de l’œuvre (Becker, 1988) et comment elle peut entrer en tension avec d’autres logiques (se distinguer d’une littérature pour adolescents « commerciale » et « de mauvaise qualité », recherche d’une reconnaissance proprement littéraire, se « faire plaisir » dans l’écriture, etc.).  

Nous nous appuyons sur une enquête collective portant sur les interactions entre les différentes étapes de fabrication et de la diffusion de cet ensemble romanesque, qui a donné lieu à 10 entretiens avec les maisons d’édition impliquées, des entretiens approfondis avec les 4 auteurs de cette œuvre, des observations de rencontres professionnelles (salons, rencontres avec des scolaires, dédicaces), mais aussi des entretiens avec des libraires (n=3), des bibliothécaires (6), des professeurs documentalistes (8), des blogueurs (3) et des lecteurs (15), même si nous n’exploiterons pas cette partie du terrain ici. Ces matériaux seront mis en regard avec une analyse détaillée de l’ensemble romanesque en question. 

 

Références citées 

Baudelot C., Cartier M. et Détrez C. (1999), Et pourtant ils lisent…, Paris, Le Seuil. 

Becker H.S. (1988), Les mondes de l’art, Paris, Flammarion. 

Lahire, B. (1993) : La raison des plus faibles. Rapport au travail, écritures domestiques et lectures en milieux populaires, Presses Universitaires de Lille. 

Renard, F. (2011). Les lycéens et la lecture. Entre habitudes et sollicitations. Rennes, PUR. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.