L’immersion sérielle en régime médiatique

Anaïs Goudmand

La notion d’immersion, définie par Marie-Laure Ryan comme « l’expérience à travers laquelle un monde fictionnel acquiert la présence d’une réalité autonome, indépendante du langage, peuplée d’êtres humains » (Narrative as virtual reality: immersion and interactivity in literature and electronic media, Baltimore and London, The Johns Hopkins University Press, 2001), est devenue incontournable dans l’étude de la réception des récits. Cependant, un certain nombre de problèmes méthodologiques se pose lorsqu’elle est appliquée aux récits sériels. En effet, la narration sérielle, prise dans son contexte médiatique et social, encourage un engagement qui déborde le temps d’actualisation des épisodes. La sérialité joue un rôle déterminant dans l’élaboration d’une réalité parallèle constamment réactivée, puisqu’elle se fonde sur la tension entre la discontinuité du récit et la continuité de l’investissement des interprètes, comme le relève Jean-Pierre Esquenazi :La puissance fictionnelle de la série, la multiplicité de ses épisodes, la durée longue de son actualité, la possibilité d’approfondir l’univers fictionnel et aussi de le transformer en partie semblent autoriser l’état d’immersion sériel à se maintenir, à flotter au-dessus ou plutôt à l’intérieur de la réalité” ( « Télévision : la familiarité des publics avec leurs séries », Idées économiques et sociales, vol. 1, n°155, 2009.)

La discontinuité de la diffusion encourage en effet les interprètes à chercher des indices des développements narratifs ultérieurs en-dehors des seules indications du récit. En outre, la (relative) synchronisation du temps de la réception favorise la formation de communautés interprétatives, qui font du récit sériel une expérience collective autant qu’individuelle. L’intervention se limitera au domaine télévisuel, à travers l’exemple de quelques séries contemporaines (notamment Downton Abbey, The Good Wife ou Sherlock). Je tenterai d’illustrer une approche intégrative de la notion d’immersion, qui ne se limite pas à l’étude des seuls effets structurés par les récits et qui emprunte aussi bien à la sémantique de la fiction et à la narratologie d’inspiration cognitive qu’à la sociologie de la culture.  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.