Le purgatoire des émotions – catharsis et fiction populaire

Vivien Bessières

L’émotion est souvent déconsidérée quand on parle de fiction dite sérieuse ou littéraire. Plus exactement, il y aurait un plaisir légitime, endogène, le plaisir proprement esthétique pour la belle forme, et des émotions illégitimes, exogènes : celles que l’on ressent aussi dans la vie de tous les jours, telles la terreur et la pitié, ou, pour le dire avec des mots actuels, la peur et l’empathie. On assiste pourtant depuis quelques années à un renouveau théorique de cette question des émotions exogènes de la fiction et, in fine, de la notion de catharsis (purgation), sous la double influence des sciences cognitives (avec théorie du make-believe, par exemple) et de la philosophie morale (avec l’école américaine du care). Mais les fictions populaires et médiatiques, de leur côté, n’ont jamais cessé d’en faire le cœur de leur appareil narratif, fonctionnant ainsi comme un purgatoire de la notion même de purgation – à l’instar des manuels d’écriture et autres guides de scénario qui, vilains petits canards de la critique universitaire, ont pourtant toujours alimenté la pratique de la fiction cathartique, en descendants plus ou moins avoués de la Poétique d’Aristote.  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.