Les cultural studies et l’étude critique des représentations télévisuelles de genre au Québec

Stéfany Boisvert

Cette communication s’attardera à deux séries télévisées québécoises récentes afin de proposer une méthode d’analyse textuelle (Creeber, 2006), inspirée des Cultural Studies et de l’économie politique, et permettant une analyse des identités de genre (gender). Sous l’influence de travaux français concernant les médiacultures (Macé, 2006; Maigret et Macé, 2005; Maigret, 2009), les Cultural Studies ont permis un renouvellement des études en communication médiatique au Québec, longtemps dominées par l’économie politique (Yelle, 2000). En tant qu’approche critique et éthique des médias, centrée sur l’analyse des rapports de pouvoir, des hiérarchies, des normes et de la diversité constituant la culture, une méthode d’analyse inspirée des Cultural Studies permet une étude complexe des représentations hégémoniques et contre-hégémoniques, mais aussi des « paradoxes de genre » (Boisvert, 2017 ; Lorber, 1994) et des formes de balancement idéologique (de Wasseige, 2013, 2014) que nous retrouvons dans les fictions sérielles populaires. Afin de démontrer comment ce positionnement théorique peut concrètement donner lieu à une méthode d’analyse, je présenterai mon analyse critique de deux fictions télévisuelles québécoises : L’imposteur (TVA, 2016-) et Ruptures (SRC, 2016-). Le fait de s’attarder à deux fictions télévisuelles francophones en Amérique du Nord permettra de démontrer l’utilité du positionnement théorique des Cultural Studies, dans un contexte culturel minoritaire marqué simultanément par une volonté de distinction et un attrait indéfectible pour les représentations hégémoniques du plus proche voisin, les États-Unis. Le cas de ces séries québécoises démontrera aussi l’importance d’actualiser l’approche des Cultural Studies en refusant le clivage traditionnel avec l’économie politique, encore souvent accepté dans les publications anglo-saxonnes. Dans un contexte marqué par une diversification sans précédent des portails de diffusion (Lotz, 2017) et une offre télévisuelle transnationale, l’analyse exige une prise en compte plus exhaustive du contexte économique, politique et technologique des industries culturelles (Barthes, 2010 ; Hesmondhalgh, 2008), notamment des stratégies de branding et de légitimation d’un diffuseur. 

 

Références 

Barthes, Sandrine (2010). Du « temps de cerveau disponible »? Rhétorique et sémiostylistique des séries télévisées dramatiques américaines de primetime diffusées entre 1990 et 2005. (Thèse de doctorat). Université Paris-Sorbonne. Récupéré de theses.fr http://www.theses.fr/2010PA040011 

Boisvert, Stéfany (2017). Les masculinités télévisées et les paradoxes contemporains du genre. Une analyse comparative des identités narratives dans les fictions sérielles nord-américaines (Québec, Canada, États-Unis). (Thèse de doctorat). Université du Québec à Montréal. 

Creeber, Glenn (2006). Tele-Visions : An Introduction to Studying Television. London: BFI Publishing. 

de Wasseige, Mathieu (2013). Les séries télé des networks américains. Sujets de société, représentations sociales et balancement idéologique. Communication [En ligne], 32(1). Récupéré de https://communication.revues.org/4871 

de Wasseige, Mathieu (avec la collaboration de Barbara Dupont). (2014). Séries télé US : l’idéologie prime time. Louvain-La-Neuve : Academia-L’Harmattan. 

Hesmondhalgh, David (2008). Industries culturelles et cultural studies (anglophones). Dans H. Glevarec, É. Macé et É. Maigret (dir.),  Cultural Studies : Anthologie (p. 275-294). Paris : INA/Armand Colin. 

Lorber, Judith (1994). Paradoxes of Gender. New Haven/Londres : Yale University Press. 

Lotz, Amanda D. (2017). Portals: A Treatise on Internet-Distributed Television. University of Michigan Library. 

Macé, Éric (2006). Les imaginaires médiatiques. Une sociologie postcritique des médias. Paris : Éditions Amsterdam. 

Maigret, Éric et Macé, Éric (2005). Penser les médiacultures : Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde. Paris : INA/Armand Colin. 

Maigret, Éric (2009). “Médiacultures” et coming out des cultural studies en France. Cahiers de recherche sociologique, (47), 11-21. 

Yelle, François (2000). Les études en communication médiatique au Québec et l’approche des Cultural Studies. COMMposite, (1). 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.