Les cultures médiatiques sont-elles toujours populaires ? L’écriture de féminités de classe dans la presse féminine.

Alexie Geers

La presse féminine est une pratique culturelle non légitime à plusieurs égards : parce qu’elle est associée à des sujets « féminins » liés aux apparences, jugés superficiels ou aux activités domestiques, considérées comme subalternes mais aussi parce qu’elle est une pratique du quotidien, souvent considérée comme futile, y compris par ses lectrices. Ces dernières n’inscrivent d’ailleurs pas leur lecture dans une « stratégie distinctive et y recherchent avant tout le plaisir immédiat » (Dominique Kalifa , La culture de masse en France. 1, 1860-1930, Paris, France, Ed. la Découverte, 2001,  p. 26.)

Par ailleurs, le « féminin » de la presse féminine laisse à penser que le genre marque la seule catégorisation de ce type de publication. Pourtant, selon les classifications des groupes de presse, certains titres sont adressés au « grand public » quand d’autres le sont à un public « haut de gamme » de femmes. Dans le langage des industriel-le-s, on parle de segmentation, catégorie faisant référence au
capital financier des lectrices ciblées. D’ailleurs la diversité de ces titres s’adaptent à celle des lectrices selon des caractéristiques variées : pratiques de consommation, pratiques culturelles, valeurs, goûts mais également styles de vie (alimentation, habillement etc.) qui sont
autant
d’habitus de classe (Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979.)

Considérant ce paradoxe, la culture médiatique incarnée par la presse féminine peut-elle toujours être considérée comme populaire ?

Pour tenter de répondre à cette question, cette proposition rendra compte d’une étude comparative réalisée sur les magazines Femme actuelle et Marie-Claire publiés en 1984, date à laquelle Femme Actuelle est fondé avec pour objectif de s’adresser à un public populaire. Dans ces deux titres, comment s’adresse-t-on aux femmes ? Quels sujets évoque-t-on ? Quelles images utilise-t-on ? Quelles définitions de féminité propose-t-on ? L’objectif de cette étude est de décrire la manière dont des féminités de classe sont proposées aux lectrices à travers l’étude de leurs mises en récit et de réfléchir à une éventuelle pratique de lecture distinctive de la presse féminine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.