La réception de Cinquante Nuances de Grey au prisme des feminist cultural studies

Delphine Chedaleux

Je propose une communication portant sur la réception de Fifty Shades of Grey/Cinquante Nuances de Grey (CNG), la trilogie publiée en 2012 par Erika Leonard James et désormais adaptée au cinéma (S. Taylor-Wood, 2015 ; J. Foley, 2017). L’enquête, en cours, se base sur une observation participante de deux ans au sein de deux groupes de discussion consacrés à CNG sur Facebook, complétée par trois entretiens exploratoires avec les administratrices de l’un des groupes. J’analyserai les données recueillies au prisme du genre, en mobilisant un corpus théorique issu des feminist cultural studies 

Je montrerai que la découverte des livres et des films entraîne chez les femmes interrogées une prise de conscience brutale de la dilution de soi dans la vie familiale, qui précède des renégociations de certains aspects de leur vie, tant au niveau sexuel, conjugal que subjectif. Conscientes de faire l’objet d’un regard stigmatisant, les fans élaborent par ailleurs des stratégies pour résister aux jugements extérieurs tout en produisant un regard valorisant sur elles-mêmes, à travers le double dispositif de médiation constitué par les livres/films et les réseaux socionumériques. A bien des égards, l’univers des fans de CNG présente de nombreuses similarités avec les subcultures des jeunes filles étudiées par Angela McRobbie et Jenny Garber : leurs pratiques individuelles et collectives constituent en effet des lieux de résistance aux catégorisations négatives, d’affirmation d’elles-mêmes, mais aussi d’interrogation des assignations de genre.  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.