Genèse et circulation d’un sous-genre populaire en régime médiatique : le cas du « country noir »

Alice Jacquelin

Depuis la naissance de l’expression country noir, sous la plume de Daniel Woodrell1 en 1996, le concept a connu une fortune médiatique étonnante : les critiques américains et français l’ont réutilisé pour catégoriser un certain nombre de romans noirs contemporains, créant de fait un corpus cohérent que Christine Ferniot appelle les « néoruraux du polar bouseux2 » (allant de Frank Bill, Larry Brown et Benjamin Whitmer d’un côté à Hervé Le Corre, Frank Bouysse et Nicolas Mathieu de l’autre). Comment ce sous-genre populaire a-t-il circulé entre les États-Unis et la France ? Et pourquoi s’est-il consolidé des deux côtés de l’Atlantique ? Nous insisterons d’abord sur la construction avant tout médiatique de ce sous-genre du roman noir, qui met en jeu de nombreux acteurs de « l’industrie créative3 » du polar (notamment le rôle de passeur de l’éditeur Oliver Gallmeister). Nous verrons ensuite, comme le remarque Paul Bleton à propos du western des années 70, que la réappropriation du modèle américain du country noir en contexte français témoigne d’une grande plasticité des codes de ce sous-genre : “Certaines industries culturelles européennes tentent, parfois avec succès, de s’introduire sur ce marché de l’Ouest, ce qui veut parfois dire que des créateurs voient dans les conventions du genre un code adéquat pour permettre une communication pertinente et fonctionnelle à l’intérieur de leur propre culture.” ( Paul Bleton, Western, France : la place de l’Ouest dans l’imaginaire français, Coll. « Encrage », Ed. Les Belles Lettres, 2002, p.17)

S’agit-il finalement d’une simple mode ou d’un coup marketing de la part des industries
culturelles ? C’est possible. Mais le succès du
country noir, et de ses avatars transmédiatiques (les séries TV True Detective, Top of the Lake ou encore Justified notamment), démontre le véritable intérêt des publics français et américains pour la représentation des marges rurales et pour le discours politique porté par ce sous-genre qui met en scène les oubliés de la mondialisation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.