Réseau(x) du roman policier français entre 1875 et 1885 : Fortuné du Boisgobey comme porte d’entrée

Nicolas Gauthier

Notre communication s’intéressera aux expansions transfictionnelles (R. Saint-Gelais, Fictions transfuges, 2011, p. 71) dans différents romans policiers français des années 1875 à 1885. Nous nous proposons d’analyser les réseaux transfictionnels et intertextuels ainsi créés afin de mieux articuler les stratégies de productions (paratextuelles, intertextuelles, transfictionnelles, poétiques) aux pratiques supposées de réception ou à la programmation de celle-ci. Nous prendrons comme point d’entrée La Vieillesse de M. Lecoq (1877-1878) où Fortuné du Boisgobey s’approprie le célèbre personnage d’Émile Gaboriau. Soucieux de situer son œuvre, Boisgobey la positionne par rapport à Gaboriau, à différents romans et même à certains procédés. Ce point de départ nous conduira à analyser les relations mises en place avec et dans divers récits policiers de l’époque pour dégager, au moyen de cette configuration intertextuelle et transfictionnelle, la conceptualisation qu’avaient ces auteurs du genre qu’ils contribuaient à élaborer. Recherchant dans les œuvres des traces d’autres œuvres, nous observerons comment ces romans en viennent à créer un jeu de piste pour le lecteur-détective.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.