Histoire ou écofiction ? Mutations et enjeux génériques du film historique

Sébastien Fevry

Située au croisement des Memory Studies et de l’écocriticisme, notre communication voudrait interroger les changements de codes interprétatifs (Jameson, 2002) qui affectent aujourd’hui la production et la réception du film historique (Pinel 2000 ; Beylot et Moine, 2009). Notre hypothèse principale sera de considérer que les cadres discursifs entourant désormais certains films d’histoire doivent autant à la connaissance de faits avérés du passé qu’à l’activation d’une conscience environnementale spécifiquement contemporaine. Autrement dit, ce que nous voudrions dégager, c’est la mise en place d’un nouvel horizon herméneutique qui rapporte à l’histoire du XXe siècle les principales préoccupations du nouveau siècle comme le changement climatique ou l’épuisement des ressources naturelles.

Pour aborder ces questions, nous travaillerons selon une approche générique en considérant le genre non comme une entité fermée sur elle-même, mais comme le lieu de production d’une activité discursive complexe et dialogique, dont les enjeux affectent plus largement le champ culturel (Gledhill, 2000). Dans cette perspective, nous serons attentif au fait que le film historique, en tant qu’entité discursive, entre dans une nouvelle constellation sémantique qui le rapproche du survival ou des écofictions (Chelebourg, 2012), le point commun étant à chaque fois de privilégier une lecture du récit comme survie d’individus dans un environnement hostile.

En termes de corpus, notre attention portera sur deux films : Le Fils de Saul (Saul fia, László Nemes, 2015) et Dunkerque (Dunkirk, Christopher Nolan, 2017). Ces films sont intéressants dans la mesure où leurs succès critique et public ont suscité une intense activité discursive qui pourra faire l’objet d’une investigation critique sur la base de l’hypothèse proposée ci-dessus. À travers cette investigation, on s’interrogera aussi sur la conception de l’histoire ressortant de ces translations génériques. On pourrait craindre en effet que la grille de lecture environnementale entraîne avec elle une réinterprétation du passé qui annule tout devenir historique, la situation de dégradation de l’environnement valant pour elle-même et en tant qu’elle-même. C’est là une perspective qui ne peut être écartée et dont il faudra prendre la mesure dans cette communication.


1 réflexion sur « Histoire ou écofiction ? Mutations et enjeux génériques du film historique »

  1. Ping : Assises CPM 2018 : programme | LPCM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.